Lali et l'eau de là...

Publié le par lilavande

Lali et l’eau de là….

 

La veille il pleuvait sur la foret lutine…et ce matin là la rosée perlait sur les fleurs, les feuilles et la terre sentaient bon la mousse et la vie..

 

Lali se réveilla étendis ses petit bras et apprécia la fraicheur matinale..Elle dormait toujours au creux de son arbre blottis au cœur de celui qu’elle aimait et elle s’émerveillait chaque matin comme si chaque jour était une nouvelle aventure et découverte de la vie.

Humm se refugier dans un nuage aujourd’hui et regarder le vent danser…Lali s’installa en haut de l’oranger..un de ses arbre préféré..Odorant coloré frais celui qui l’écoutait, qui lui parlait...un arbre complice et confident...

 

 

« Mon oranger j’ai fait un rêve merveilleux..plein d’odeurs, de couleurs, de rire et de douceur »  ….L’oranger sourit de toutes ses feuilles..il connaissait bien Lali et aimait ses histoires..elle était tellement spontanée candide comme si tout était nouveau chaque jour comme si chaque rêve était une nouvelle aventure..Elle s’émerveillait de tout accueillant comme un enfant ce que la vie lui apportait….

 

Raconte Lali..Raconte-moi…. !!

 

J’étais au bord du galopin galopant le ruisseau de la foret lutine..je parlais à mon ami l’eau follette, tu sais, comme d’habitude..on parlait de tout..de rien…mais surtout de tout..il voit tellement de choses en dévalant la montagne aux griffes d’argent..en traversant la foret lutine il semble ne pas avoir de fin..pourtant en faim de tout ce qu’il croise….il connaît les fleurs les arbres, et la moindre pierre qu’il croise sur sa route s’en souvient encore…

 

.j’aimerais être une eau dit Lali éclatant de rire…

 

« Raconte allez »… frémit l’oranger

 

« J’étais au bord de lui au bord de l’eau il me proposa une promenade..mais pas une commune pas une de nos ballade habituelle..

tu sais bien mon oranger que souvent sur une feuille bien large il me promène au grès de son courant me fait tournoyer et me fait danser…

non là il me proposait une promenade différentes de toute les autres..partir plus loin là bas ..

tu sais là il finit..et retrouve ses frères…

 

« Ohhhh » dit l’oranger si loin… 

 

« oui …il me proposa d’aller vers l’eau de là »….lui chuchota Lali…

 

« Je ne connaissais pas l’eau de là » avoua Lali …

 « mon ruisseau me l’a décris comme immense , large pleines d’émotions de couleurs et de mouvements..les vagues l’écume, le blanc, le vert, le bleu, aussi les reflets les poissons..les grands les gros les petits les colorés les volants …cet endroit me parut magique… »

 

« Alors tu me connais mon bel oranger..je n’ai pas hésité une seconde je me suis assise agripper à une feuille large et confortable et hoppppp je me lui laissé porter par le courant du galopin galopant.. »

L’oranger sourit..impatient de connaître la suite du rêve de Lali

 

« Au début on a bien joué..tourbillon tournoiement danse  rire et chanson de l’eau..puis plus on avançait plus le ruisseau grossissait il grandissait s’élargissait..

 

Le voyage a duré longtemps il avait des moments silencieux d’autre émouvants…j’ai pu voir des pays inconnus jusque là..des pays sans arbres ni herbes d’autres vallonnés rempli de fruits de couleurs..d’autres encore vert de feuilles de ronces d’herbes folles..à chaque pays nouveau mon ruisseau était accueillis reçu avec égard..il était visiblement aimé attendu…

 

Plus on avançait vers cette eau de là…plus mon ruisseau s’élargissait  et ainsi jusqu’à ce que je vois plus les rives… et là mon oranger c’était incroyable…il y avait d’autres eaux mêlés..ses frères comme il disait..

il se saluaient mais une mélancolie semblait les envahir..mon ruisseau ne parlait plus il avançait se mélangeant aux autres..j’essayais de comprendre..

 

« Dis moi mon ruisseau mon eau vive pourquoi cette tristesse »…. 

 

le ruisseau tout doucement me répondit.. « on aime se retrouver mais on en meurt »

 

« comment ça ? » demandais je…

 

« regarde Lali, on se retrouve et c’est bon..on se mélange et on se perd dans l’infiniment grand dans cette eau de là… »

 

« Oui mais mon ruisseau mon eau vive regarde comment a plusieurs vous êtes beaux colorés plus vivants encore plus forts…seul tu ne pourrais porter ces gros poisson et ces bateaux…

Rappelles toi dans la foret lutine justes les bateaux en papiers peuvent naviguer et ici regarde  ce que tu peux porter..ton courant ta profondeur sont tellement plus grand plus fort..C’est impressionnant…c’est un peu mourir pour grandir !!!! »

 

Le ruisseau finit par sourire même rire…..

 

« Tu vois mon oranger c’était magique..cette eau de là était à perte de vue, les vagues immenses un courant fou des couleurs fantastiques…mon ruisseau n’était presque plus là mais tellement présent..Je le sentais… »

 

« Quel rêve merveilleux mon oranger » soupira Lali…

 

« Oui c’est vrai rêve bien joli ma Lali » répondit l’oranger il soupira de toutes ses feuilles et sourit.. « C’est vrai qu’il faut parfois mourir pour grandir »…

 

Lali se sentait encore rempli de l’émotion de ce que son rêve lui révélait..elle quitta son oranger et partit rêveuse sur un nuage..c’était encore une belle journée dans la forêt lutine …

 

 

Publié dans conte de moi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> Pour le partage..........<br /> <br /> <br /> http://twinkle.over-blog.com/categorie-10138558.html<br /> <br /> <br />
Répondre